Aller au contenu principal

Émotions: Rencontre avec les loups !

(Julien Royer photographed wolves in the French Alps)

Au départ, cet écrit devait être un petit coup de gueule pour exprimer le ras le bol d’une situation. Ça sera plutôt une séquence émotion avec le récit d’un moment inoubliable pour moi et ma collègue de photo, avec toutes les émotions qui vont avec.

La veille de ce moment si précieux pour moi, j’étais en train de faire une balade photo avec Leo et comme d’habitude on parle beaucoup, ça ne s’arrête pas, on refait le monde… A un moment je lui dis, Leo si demain je le vois, j’écris un article sur lui avec un petit coup de gueule par ce que cette situation est triste à mourir et que ça me pèse ! Après on en rigole, je ne pensais pas que le lendemain j’allais réaliser un rêve vieux de plusieurs années !

« Nous n’avions pour eux aucune haine. Ils faisaient métier de loups comme nous faisions métier d’hommes. Ils étaient créatures de Dieu. Comme nous. Ils étaient nés prédateurs. Comme l’homme. Mais ils étaient restés prédateurs, alors que l’homme était devenu destructeur. »

Paul-Émile Victor, « Le Génie des loups »

L’utilisation des images est soumise à autorisation. Pour voir plus de photos me contacter par mail : julien.royer05@orange.fr.

Ça fait déjà plusieurs heures que l’on marche. Nous sommes sur une arête enneigée et la progression est lente et assez difficile de par la neige. Je commence à en avoir plein les bottes, surtout que j’ai une bonne crève qui rend ma respiration plus difficile. Avant on a vu plein de bestioles et fait le plein de photos et nous sommes déjà très satisfaits et heureux… On aurait pu faire demi-tour ; rentrer tranquillement la tête remplie de magnifiques souvenirs.

Mais avec Cécile quelque chose nous dit de continuer, un je ne sais quoi qui nous pousse à aller plus loin malgré tout. Quelque chose qui nous pousse à aller vers notre destin! Un petit quelque chose me disait de regarder à droite de l’arête sur laquelle on évoluait, comme si je savais qu’il allait se trouver là ! Ça faisait déjà la 2éme ou 3éme fois qu’on repoussait notre point de chute final quand soudain sur notre gauche nous voyons deux cerfs et deux biches, c’est la première fois que j’en vois si haut en montagne, encore une belle surprise de plus que demander de plus ? Voir un loup? Ça serait trop beau, trop énorme… Après tout c’est pour ça que nous sommes venus !

Chevrette

Après les cerfs et quelques photos, nous continuons à monter et je continue à regarder à droite… A un moment je m’arrête pour boire un coup et souffler un peu. Avant de repartir je jette un coup d’œil encore à droite et là je distingue une silhouette animale au loin, mais ce n’est pas comme d’habitude ; je n’ai jamais vu cette silhouette ; je prends mes jumelles, mon cœur monte à 3000…

Je dis à Cécile: « C’est un chien, non ! c’est un loup, c’est un loup, c’est un loup! » Elle me dit « Calme-toi!», elle prend ses jumelles à son tour et me dit : « y en a plusieurs! ». Là c’est sur ce sont des loups ! Je m’assoie dans la neige, prends mon appareil photo et me mets à pleurer en même temps que je fais les photos… de loups !

Au bout d’un moment les loups disparaissent derrière la crête ou ils se situaient. Avec Cécile on se congratule et nous nous disons qu’ils vont peut-être réapparaitre derrière, sur l’autre crête avec un coup de chance. Au bout de quelques minutes d’attentes et d’observations nous les voyons réapparaitre. Nous pouvons une nouvelle fois les observer quelques minutes avant qu’ils disparaissent complètement… Je suis complètement sonné, ko, je suis sur un nuage! 

Je reprends mes esprits peu à peu et Cécile me dit qu’elle aimerait bien aller voir les traces des loups. On regarde l’heure, il est presque 13h00, y a le chemin du retour à faire, plus le retour en voiture et ce n’est pas la porte à côté non plus et ce satané couvre feu… Sachant qu’il faut qu’on descende notre crête et remonter celle d’en face pour accéder aux traces laissées par les loups, ça risque de prendre un petit peu de temps. On pèse le pour et le contre et finalement on envoie tout péter et on se dit « on y va et on verra bien, Inch Allah! » Comme pour faire durer le plaisir le plus longtemps possible… Au bout d’une demi-heure nous arrivons sur place, nous faisons des photographies des traces, jetons un coup d’œil si nous ne voyons pas les loups au loin… . Nous avons droit à un dernier cadeau de la nature, à une centaine de mètres de nous un troupeau de chamois est présent. Nous faisons quelques photos et profitons encore du bonheur qui nous enveloppe et nous décidons de rentrer le cœur léger.

Quelle journée !!!           

Et un grand merci à Cécile pour ce moment inoubliable!

Reportage: Julien Royer

Print Friendly, PDF & Email

5 réponses »

  1. Superbe rencontre ! Un jour l’homme disparaîtra, et dans le silence enfin revenu le hurlement du loup retentira. 🐺♥️

  2. J’aime les loups, mais pour moi la plus belle des créations que l’on trouve en montagne, la plus sublime et en même temps la plus agile et la plus majestueuse, c’est l’antilope Rupicapra rupicapra (le chamois).

  3. Merci pour ce récit prenant ! Je l ai raté l année dernière d une demi heure mais je ne désespère pas de le voir, il finira tatoué sur mon bras !!! Merci en espérant quelques photos supplémentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous gratuitement

Contact rédaction

Tél: 07 69 80 97 95

Courriel: arrimagesmag@gmail.com

 

Contact rédaction

0769809795
%d blogueurs aiment cette page :